La clef de l’amour est déjà en vous, vous le savez ?

La clef de l'amour est déjà en vous, vous le savez ?

Apprendre à Aimer nos Parents, c'est Apprendre à s'Aimer Soi.

Je vous livre ici sans filtres et pour la première fois, une partie de mon histoire et du chemin qui m'a amené à apprendre à m'aimer.

Vous allez voir qu'en ces fêtes de fin d'année, avoir le courage de faire la paix avec ses parents est la base pour apprendre à s'aimer soi, pour apprendre que l'Amour, nous n'avons pas besoin d'aller le chercher ailleurs !

Car oui la vie est fabuleuse et cet Amour nous l'avons déjà en nous !

En cette période de Noël il est essentiel de se rappeler que derrière le coté purement commercial qui nous inonde de bienveillance et souvent d'excès, il y a avant tout une démarche d'Amour profond de l'autre.

L'Amour n'est pas un don, non !

C'est un " Art qui se cultive avant tout au fond de soi"

Et j'en ai fais ma devise ! Oui!

Je vous livre ici en filigrane, une partie du chemin de croix qui m’amène, petit à petit à ma reconstruction et à trouver la clef de l'Amour de moi, cette clef qui m'a permis d'ouvrir enfin la porte de cette liberté insouciante que je désirais tant trouver (retrouver car je l'ai eu tout bébé, j'en suis sure)

J'en ai fais ma devise car j'ai traversé ce chemin houleux et douloureux d'apprendre à m'aimer. Je ne jette pas la pierre à mon père aujourd'hui décédé en ces fêtes de fin d'année, bien au contraire! Il fut un temps ou je le trouvais si dur … et il l'a bien été pour la jeune fille fragile de l'époque, déjà mal dans sa peau .A vrai dire, du temps que je m'en souvienne je me suis presque tout le temps sentis rejetée, cause probable (?) du désamour entre mes parents qui avaient divorcé presque aussitôt après ma naissance .

Je suis arrivée dans la vie avec ce sentiment,sans doute ancré en moi, d'être de trop … Bien de trop dans cette famille qui n'était plus, au sens où la norme sociale le veut .

J'ai gardé en moi jusque peu cette fracture et cette douce fragilité qui en fait, je le découvrirait plus tard, cacherait une grande force que j'allais développer grâce à mon enfance. Elle se manifesterait notamment sous la forme d'un mental en acier lorsque j'affronterai, quelques années plus tard, l'épreuve du cancer alors encore toute jeune.

Jusqu'à temps que je fasse ce travail de fond sur moi, j'ai gardé ce cœur fendu qui paraissait, certes, cicatrisé en extérieur, revêtant son masque de Lionne (mon signe astro) …Mais qui en fin de compte se jouait de mon ignorance pour mieux continuer à creuser sa plaie béante .

Je sais ça parait triste comme ça la veille de Noël, mais vous allez voir que la vie, que l'on croit parfois finie, l'apprentissage de l'Amour de soi, qu'on croit impossible tellement on galère… Et bien tout ça aurait un sens bien plus tard,lorsque je serais désormais une trentenaire sur la voie de son accomplissement premier . Un accomplissement revêtant la forme positive du relent d'enfance transformée, et d'essais d'amour de soi nombre de fois avortés… et en ce Noël 2017, j'y suis !

Car :

La clef de l'Amour n'est jamais qu'une histoire de prise de conscience mêlée à l'acharnement d'une personne qui a enfin compris que:

"Rien de se perd,

Rien ne se gagne,

Tout se transforme "

(A.Lavoisier)

Mais avant ça, avant de savoir que je pouvais changer les choses et que la Clef de l'Amour était déjà en moi, qu'elle a toujours été là d'ailleurs, j'ai vécu un chemin de croix qui m'a attiré un père à la hauteur du défi de ma jeune vie !

Un père d'ailleurs à qui ne j'en veux plus du tout.

Adolescente élevée "à la dure", dans le milieu équestre qui exige énormément d'endurance et de discipline, je me suis pliée sans broncher aux ordres d'un chef d'entreprise hyper exigeant, digne lignée de meneurs d'hommes.

Ma place de femme, je l'ai faite chez ma mère chez qui j'habitais le reste de la semaine .Elle nous donnais, avec mon frère, je crois,un équilibre d'Amour et de tendresse pour des enfants élevés parfois à la "cravache" (sens figuré)… Et sans doute inconsciemment aussi pour renflouer le manque d'Amour que je croyais percevoir ( en tout cas à l'époque), du coté paternel.

Jusqu'à la rencontre avec l'homme avec qui je suis actuellement, ma vie sentimentale fut assez chaotique. J'étais totalement prise dans le tumulte de l'état intérieur de désamour que je me générait toute seule,comme une grande… Et je trouvais à vrai dire des personnes "parfaites "pour me faire grandir dans mon cheminement !!!

Ma vie sentimentale à bien progressé de 20 à 30 ans, mais est restée tout de même une vraie source de souffrances,car elle avait pour toile de fond une histoire d'enfance dont je ne voulais visiblement pas faire trop le deuil.

À vrai dire j'avais identifié que je reproduisais sans cesse les mêmes schémas d'autodestruction de mes relations, chacun des protagonistes ayant tout de même au final sa responsabilité,de part le rôle dans l'histoire que chacun acceptait de prendre .Après autant de brimades de l'enfance,que j'avais appris à éviter au mieux par un état d'hyper vigilance accrue et constante dans toutes mes activités, j'étais en perpétuelle doute et en réaction parfois démesurée par rapport aux stimuli extérieurs :

Je sursautais pour un rien, au travail par exemple (en tant qu'infirmière, ma relation avec toute forme d'autorité et notamment les cadres infirmiers de l'époque était faite ainsi de subordination mêlée à une rébellion que je n 'osais exprimer, mais qu'il me tardait de libérer un jour !!) .

En attendant j'étais paralysée par les remarques,croyant sans- cesse mal faire :

En effet, je stressais dès que j'entendais quelqu'un crier, je perdais mes moyens dès qu'on me faisait une remarque… Et je finissait en secret par fondre en larmes, avec la vision bien ancrée en moi .d'une moins que rien en dessous de tout, me répétant sans cesse les mots assassins de l'enfance.Je voulais ne plus exister, carrément disparaitre,j'avais trop honte de moi, j'étais littéralement indigne d’être aimée!

A vrai dire, de 16 à 30 ans j'étais à la recherche constante d'Amour et de reconnaissance.

Je ne comprenais pas alors qu'une des clefs de l'Amour de moi était ces défis de l'existence, et notamment ce père que la vie m'avait donné pour m'apprendre qu'à ne mieux m'aimer. Aujourd'hui encore, je garde certains réflexes de peur,mais je commence à plutôt bien dompter la bête ! 😉

Bien sur,ce désir de reconnaissance est toujours la et nous l'avons tous forcement un peu, mais on va dire que grâce aux outils utilisés lors la mise en place de ma méthode de coaching, j'ai appris surtout à savoir me reconnaitre moi-même …

Et aujourd'hui, en ce Noël 2017 la rémission d'un Manque d'Amour de moi a touché à sa fin.

Pour revenir à mon père, la question qui me taraudait sans cesse était :

  • M'a t-il un jour aimé ?
  • Était-ce ça l'Amour d'un parent ?

Et ces questions se sont matérialisées, en quelques sorte, sous la forme d'une prise de super pouvoir sur les hommes par le biais du sexe!

En pleine vague alors de "Girl Power" menée par le groupe de chanteuses les " Spices Girls", je me servais de cette légitimité de prise de pouvoir en tant que femme, pour jouer de ma pseudo puissance avec les hommes, faisant tourner quelques têtes … Ceci bien-sûr en échange d'un plein de tendresse qui m'aiderait, au moins pour un temps à remplir mon réservoir d'Amour que je croyais quasi vide à l'époque …

Croyant visiblement trouver un Amour paternel que je n'avais pas alors su voir, j'ai fréquenté nombre et nombre d'hommes, me fourvoyant parfois,c'est vrai,mais rarement quand même car j'avais la chance de pouvoir choisir à peu près avec qui je souhaitais aller, quand et ou partager un moment… Toujours avec élégance bien sur et sans vulgarité,portée dans ma façon de faire par une éducation qui m'a permis de passer d'un milieu à un autre sans problème.

"Merci les parents divorcés au passage pour cette faculté d'adaptation, au service, à cette époque tout du moins, de mon cheminement que je juge aujourd'hui essentiel avec la gente masculine ;)…"

Je sortais "étrangement" souvent avec une gente masculine plus âgée… Archétypes d'hommes de la fille mal aimée par son père que l'on m'a dit… Je ne le dirais pas comme ça, mais c'est évident pour moi désormais que c'était à peu près ça.Sans le savoir, j'honorais finalement aussi et surtout certains mots entendu dans mon mon enfance.

"Nos pensées créés qui nous sommes et ce que nous devenons et le martèlement de ces mots 100 fois entendus était comme un mantra qui m'entrainait dans la partie la plus sombre de moi."

A vrai dire, j'avais créé un véritable filtre ou je ne voyais même plus les compliments et les marques d'Amour et d'attention que je recevais et que j'avais surement reçu, même par mon père lors de son vivant.

Au fond de lui, je le sais désormais, il avait juste fait ce qu'il pouvait avec ce qu'il avait lui-même appris de l'Amour mais ça, je ne le comprendrais que bien plus tard, alors qu'il serait décédé et que j'entamerais ce gros travail sur moi :

"Apprendre à aimer, à M'aimer et voir l'Amour autour de moi."

Faire confiance aussi dans le masculin, celui dont j'avais perçu une forme de trahison infinie, trahison qui avait laissé ces stigmates quasi reptiliennes en moi…

Bref, jusqu'à présent,un vrai chantier de construction d'une Aurélie toute neuve et plus forte que jamais !

Je me souviens que ne comprenais plus les sentiments, la confiance. Je naviguais à vue d'hommes en hommes pour essayer de savoir si tous étaient pareils, si ce langage était un langage que l'on vous apprenait, vous les hommes, tous petits pour mieux vous faire respecter de la gente féminine. C'était la ma façon à moi,très exagérée c'est sûr, d'avoir une forme de dominance, de prendre mon pouvoir sur vous, "faibles hommes" qui cédaient à la tentation de la chair . Un instant de plaisir charnel débridé avec une femme, hors du temps et tout en élégance (hyper important pour moi) et en folies.

De mon côté je cachais tant bien que mal, pour ne pas faire fuir mes conquêtes, ce besoin d'amour qui me rongeait. J’accueillais les instants de tendresse "Ocytociniens "(ocytocine : hormone de l'attachement, secrété au moment de l'accouchement et l'orgasme ici notamment), comme le Graal que j'étais venu chercher pour essayer de combler, tant bien que mal, la plaie béante d'un réservoir d'Amour presque vide et que je croyais pouvoir remplir de l'extérieur pour satisfaire mon manque d'Amour.

Aujourd'hui j'ai fais la paix avec toi papa, et je trouve enfin les clefs de l'amour…

Elles étaient depuis tout ce temps en fait en … moi !

"Merci ainsi de m'avoir aidé dans cette vie à prendre mon pouvoir et à faire en sorte que je vive une vie à la hauteur de mes aspirations, une vie ou je me soustrais de moins en moins au diktat des jeux de rôles et de dupes, dupes que la société cherche à nous vendre… pour mieux nous faire taire!

Aujourd'hui je m'offre ce cadeau de Noël de faire la paix avec moi et en la faisant avec moi je la fait avec toi et aussi avec tous les hommes,dont j'ai eu si peur,que je me suis exagérée dans mon pouvoir de séduction sur eux…C'est un chemin qui fut semé d'embuches et tous les jours je me bat pour maintenir à flot mon estime, tous les jours je mets un point d'honneur à affronter mes peurs, dont la plus grande à l’époque : celle du rejet. Et je dois dire que c'est plutôt chose faite pour celle -ci!

J'ai appris de mon père :

1: Qu'il m'avait aimé à sa façon avec son éducation aussi " à la dure "qu'il avait reçu lui-même de mes grands -parents à qui je rends hommage aussi .

Ce fut une forme d'amour que je ne cautionne pas pour autant, mais à nombre de reprises, par la suite, j'ai réalisé à quel point mon père m'avait juste aimé par mille façon dont d'autres que je n'ai pas voulu voir et que je vois beaucoup plus désormais. J'ai revu des marques d'amour que je n'avais pas vu jusqu'ici, top occupée à me répéter en boucle les leçons de violence verbales de mon enfance / Adolescence .

2: Aller me battre courageusement en 2010 /2011 alors que je faisais mes études d'infirmière "contre" le crabe qui me prenait pour hôte de ses pinces de velours, j'ai nommé : mon cher Hodgkin ( cancer du système lymphatique).

3: D'avoir développé le goût de la lecture et de l'écriture pour avoir tant de fois soulagé mes peines dans des agendas intimes qui se sont empilés au fil du temps, comme autant d'épisodes d 'entrainement à devenir la meilleure version de moi-même.

4: De faire ce chemin qui m'emmène encore un peu plus chaque jour, vers la réalisation de mes rêves…

Je nous fais ce cadeau en ce Noël 2017, une occasion de faire la paix avec ce passé qui m'aide à littéralement m'envoler vers la vie de mes rêves aujourd'hui !Un article sorti du fond de la réserve d'Amour que je comble désormais plus facilement par moi-même (encore de petites rechutes légères que j'apprends, grasse à mes outils d'auto-coaching, désormais à maitriser ) .

"L'exemplarité en tant que coach passe surtout par le fait de se remettre en question et de rester authentique avec soi, donc avec vous !"

Faites-vous ce Cadeau de vous Aimer

Enfin et surtout !

Je souhaite juste montrer à ceux et celles qui passent par ces chemins du désamour de soi, qu'une reconstruction est possible !

En tant que professionnelle de l'accompagnement, j'ai aussi, comme je vous l'ai signifié, mon lot de remises en questions perpétuelles . De remises en question en remises en question, ce chemin que nous faisons ensemble me fait progresser également pour vous donner encore plus le nectar de ce que j'ai avant tout, grâce aux actions mises en place dans mon quotidien pour évoluer, appris de moi-même .

C'est lent, c'est douloureux et je ne dis pas qu'il faut à tout prix passer par la pour naitre et vivre…

Mais en allant puiser dans des ressources que je savais avoir en moi, que nous avons tous,

j'ai découvert un trésor inestimable !

Je n'avais peut-être pas pris assez la mesure de l'importance de le chercher, je n'avais pas encore les outils pour. Aujourd'hui coach, j'ai réappris des moyens de retrouver cet AMOUR DE SOI .

C'est à vrai dire ce que je désire plus que tout:

  • "Vous redonner des conseils pour que vous aussi, pour les fêtes, trouviez bottes du père noël à vos pieds,
  • Pour qu'au sein de vôtre couple vous jouissiez pleinement d'une liberté pour chacun de s'aimer inconditionnellement."

J'ai découvert que comme en secourisme, il faut s'occuper en premier de sa propre sécurité avant de porter secours, et bien en AMOUR il s'agit de la même chose :

"Pour pouvoir accéder au plein Amour de l'autre il est juste ESSENTIEL D'APPRENDRE À S'AIMER SOI"

LA CLEF DE L'AMOUR EST EN VOUS AVANT TOUTE CHOSE !

Et je vous devais bien ça, de me livrer ainsi. Parce que je le fais par choix conscient, j'ai repris un vrai pouvoir sur ma vie.Je vous offre mon histoire, moi qui était devenue si pudique la dessus.

Aujourd'hui je suis guérie de ça et j'ai en moi suffisamment de gratitude et d'amour pour pouvoir vous donner à mon tour de façon inconditionnelle. J'espère que ce récit vous parlera et vous aidera à trouver encore plus d'Amour en vous. Je fais ici la paix avec moi et mon histoire, dans la gratitude des parents finalement parfaits que j'ai eu pour vouloir m'aimer à ce point et vivre cette vie avec autant d'ardeur !!!

Je vous souhaite de ressentir la même chose que ce que je ressens au moment ou je vous écris, car il est des médicaments aussi efficaces qu'une gélule de paracétamol avalée avec un grand verre d'eau,

Et ce médicaments c'est :

LA GRATITUDE

D’Être ici, en vie à respirer et avoir encore mes deux mains pour vous transmettre ce morceau de mon histoire .Un mot qui prend tout son sens en ces fêtes de fin d'année

"J'ai découvert un trésor inestimable et j'y suis presque car pendant toute ces années…"

LA CLEF DE L'AMOUR ÉTAIT LA, déjà EN MOI!

"Merci papa d'avoir fait avec maman,de moi une championne toute catégorie de l'envie d'avancer !"

Je vous aime tous et vous souhaite de joyeuses fêtes de Noël.

Aurélie pour HeArt & LOVE

 

Laisser un commentaire